#Terrain Favorable

Terrain Favorable : Quelques nouvelles du SPRC

Près de trois ans après la première saison de Terrain Favorable, nous sommes allés prendre quelques nouvelles du désormais célèbre club de rugby breton Saint-Père-Marc-En-Poulet.

Dans un contexte compliqué et inédit, le SPRC s’adapte et fait tout pour permettre à ses pratiquants de continuer à s’entraîner et s’amuser. Adrien, fondateur du club et coach de l’équipe senior, a accepté de répondre à nos questions.

NB : Cet entretien a été réalisé avant les annonces du gouvernement sur les nouvelles mesures de confinement.

Bonjour Adrien, première question, comment allez-vous ?

Très bien. Je suis toujours sur les terrains, entre les stages à organiser pour les différentes équipes de jeunes, les entraînements des séniors et ceux de l’école de rugby. Il y a de quoi faire.

Sinon, parmi les personnes suivies pendant la série tout le monde va très bien également. Pompom est fidèle au poste, et il vient d’avoir une petite fille. Jérôme, notre capitaine est toujours là aussi, et il vient aussi d’avoir une deuxième fille. Vincent, La Légende, est toujours présent aussi, et lui, vient d’avoir un petit garçon. Donc c’est super. Quand tout ça sera terminé, on va avoir beaucoup de baptêmes et de choses à fêter !

Enfin, Doudou, notre buteur est toujours là aussi. Il vient de changer de boulot et depuis le début de saison, il tourne à 90% de réussite face aux perches.

TOP14_article_content_OPTIM

Justement, comment se passe la reprise ?

On s’adapte même si tout n’est pas toujours simple ! Sportivement, on a commencé la saison par une défaite et un match nul. Mais on est des diesels, ça va venir !

Pour le reste, compte tenu des raisons sanitaires, nous ne pouvons plus utiliser les vestiaires et le club-house. Donc même si la pratique sportive peut continuer, la bière d’après match, les moments de convivialité avant et après l’entraînement sont plus rares. Or, c’est aussi là que ça se passe. Le lien social est un peu cassé.

Chez les séniors, on a aussi des joueurs qui hésitent à reprendre une licence. Il faut dire qu’ils l’avaient pris l’année dernière et qu’une bonne partie de la saison n’a pas eu lieu. Compte tenu de la situation, certains préfèrent attendre un peu avant de se réengager pour cette année.

Quand avez-vous repris ?

Pour les plus jeunes, nous avons organisé un stage au Mont-Saint Michel début juillet. Comme ils ont pas eu de voyage de fin d’année, nous avons essayé de compenser en organisant des petits stages, comme des colos, avec donc notamment une sortie vélo jusqu’au Mont Saint-Michel ponctuée d’activités rugby pour toute l’école de rugby et les cadets.

Quel impact la situation actuelle a-t-elle sur l’école de rugby justement ?

Pour l’instant, aucun, au contraire. Nous avons eu beaucoup de monde pour la reprise. Il y a près de 100 jeunes au club dorénavant. Sur l’ensemble des catégories du club, nous sommes maintenant près de 250, contre 200 lors du tournage de la saison de Terrain Favorable en 2017.

Financièrement, forcément, c’est plus compliqué. Habituellement, nous faisons du cattering pour les artistes dans plusieurs grands festivals de la région au mois d’août (La Route du Rock notamment). Cela permet de faire rentrer de l’argent dans les caisses du club, et les bénévoles peuvent en profiter pour prendre part aux événements. Mais comme tous les festivals ont été annulés cette année…

Sportivement, quels sont vos objectifs cette saison ?

Avec les -16 ans, l’objectif est d’être champion du grand ouest. On a aussi des belles équipes de -12 ans et - 8 ans. En Senior, on aimerait passer en Promotion Honneur. On a une bonne génération de Juniors qui arrive alors on aimerait qu’ils aient l’opportunité de jouer en PH dès l’année prochaine.

D’ailleurs, pour les Juniors, on essaie d’organiser un match contre les Juniors de Roubaix, histoire de faire une rencontre 100% Terrain Favorable. C’était prévu pour le printemps dernier, mais forcément, on a dû annuler. On espère pouvoir reporter ça cette année !